Homélie du 1 novembre 2020 (Grégoire)

Textes :
   Ap 7, 2-4.9-14
   Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6
   1 Jn 3, 1-3
   Mt 5, 1-12a

« Heureux, Heureux, Heureux… »  L’appel au bonheur de l’Évangile retentit curieusement en ces jours sombres que traverse encore une fois notre pays déjà bien secoué par la pandémie et ses conséquences dévastatrices…!

Nous n’avons pas besoin d’Halloween pour jouer bêtement à nous faire peur !

Le bonheur dont il est question dans l’Évangile, c’est le bonheur des témoins qui ont traversé la grande épreuve et qui « ont lavé leur robe dans le sang de l’Agneau.»

N’oublions pas que le mot martyr signifie témoin… Témoin de quoi ? Témoin de qui ? Témoin de l’Agneau qui est venu « mourir pour rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés ! » (Jn 11,51-52)

Voir la suite →

Homélie du 25 octobre 2020 (Grégoire)

Textes :
   Ex 22, 20-26
   Ps 17 (18), 2-3, 4.20, 47.51ab
   1 Th 1, 5c-10
   Mt 22, 34-40

Frères et sœurs,

de tout temps, dans les sociétés dites civilisées, la loi est envisagée comme un cadre pour protéger les plus faibles. Ce n’est pas une spécificité chrétienne ou judéo-chrétienne.

L’objectif de toute civilisation digne de ce nom, c’est de sortir de “la loi de la jungle” où chacun se bat pour survivre au cœur d’un monde hostile. Dans la jungle, inévitablement le plus fort bouffe le plus faible : Il faut jouer des crocs, des griffes et des cornes pour défendre son territoire et son casse-croûte ! Ou bien courir plus vite que son prédateur !

Voir la suite →

Homélie du 11 octobre 2020 (Antoine)

1ère lecture : Isaïe 25, 6-10a
Psaume 22
2ème lecture : Lettre de Saint Paul aux Philippiens 4, 12-14. 19-20
Evangile : selon Saint Matthieu 22, 1-14

Introduction : Nous sommes tous invités au festin des noces de l’Agneau, au banquet eucharistique, à ce repas de fête qui nous rassemble dimanche après dimanche pour dire ensemble « MERCI ».

Thème : Cela n’échappera à personne…qu’il est question dans tous les textes du jour DE REPAS, DE BANQUET, DE FESTIN.

Isaïe : alors que le peuple d’Israël subit l’exil, le prophète annonce un repas qui rassemblera tout le monde = espérance

Psaume : nous sommes invités à la table du Seigneur, amis et ennemis, la même table = unité

Voir la suite →

Homélie du 10 octobre 2020 (Gaël)

Textes :
   Is 25, 6-10a
   Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6
   Ph 4, 12-14.19-20
   Mt 22, 1-14

Que de réjouissances aujourd’hui ! Je ne parle pas de ma venue même si je partage la joie de nos retrouvailles ! Je ne parle pas non plus des ordinations de dimanche dernier encore dans les têtes et les cœurs de chacun, non ! Ce soir le programme c’est ripaille, buffet à volonté, repas de noces et à ce propos il y a une chose de sûre ; c’est qu’au Royaume de Dieu, il n’y a pas de mesure anti-Covid, pas de limitation à trente personnes, pas de confinement. Et quand on regarde le menu ça donne faim !

Bon déjà qu’en temps ordinaire, un bon gueuleton on ne dit pas non, alors en temps de restriction on a envie d’y courir ! Viandes grasses, vins décantés c’est à se lécher les babines. Je suis un peu comme Paul, pendant le séminaire on nous habitue à tout, à la privation et à l’abondance, de l’omelette en tube un soir d’hiver au séminaire, aux bons petits plats partagés avec nos curés. Bref, moi j’ai bien envie d’y aller à ce repas de mariage.

Voir la suite →

Homélie du 27 septembre 2020

Mat. 21, 28-32

Jésus aimait parler en paraboles ; les évangiles nous en rapportent un certain nombre que nous connaissons bien. Cette façon de s’exprimer ne doit pas nous étonner, c’était une habitude dans le judaïsme au temps de Jésus. Elle était adaptée à tous les auditoires, même les plus simples. S’ex primant ainsi, Jésus voulait faire découvrir en images les réalités du Royaume de Dieu ainsi que la personne de son Père.

« Lequel des deux a fait la volonté du Père ? » Apparemment, la question est simple, trop simple. Comme dimanche dernier, avec la parabole des ouvriers de la onzième heure, nous sommes dans une vigne: signe de l’alliance de Dieu avec son peuple. Des deux fils sollicités d’y aller, le premier refuse et finit quand même par s’y rendre ; le deuxième s’empresse de dire oui… et n’en fait rien. Jésus pose alors cette question aux chefs des prêtres et aux anciens « Lequel des deux a fait la volonté du Père ? »

Voir la suite →

Homélie du 20 septembre 2020

Textes :
   Is 55, 6-9
   Ps 144 (145), 2-3, 8-9, 17-18
   Ph 1, 20c-24.27a
   Mt 20, 1-16

« Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche », nous disait Isaïe dans la première lecture.

Attention à ne pas nous tromper d’interprétation. On a un peu l’impression en écoutant ces paroles qu’il ne faut pas perdre de temps parce que Dieu risque de s’éloigner d’un moment à l’autre.

Or ce n’est pas ce que dit le Prophète. Si quelqu’un risque de s’éloigner ce n’est pas Dieu mais nous. Le Dieu d’Abraham d’Isaac et de Jacob est le Dieu proche, à l’écoute de son peuple et il nous invite, à temps et à contretemps à revenir à Lui et à être attentifs à sa Parole.

Voir la suite →

Homélie du 13 septembre 2020

Textes :
   Si 27, 30 – 28, 7
   Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 9-10, 11-12
   Rm 14, 7-9
   Mt 18, 21-35

Frères et sœurs, ceux d’entre vous qui étaient là la semaine dernière, se rappellent peut-être que Jésus expliquait à ses apôtres le chemin de la correction fraternelle. Cette capacité qui consiste non pas à nous ériger en donneurs de leçons mais à comprendre que seul l’amour vécu dans la vérité, fusse-t-elle difficile à entendre, conduit à une relation constructive.

Jésus proposait des étapes :

  1. la rencontre seul à seul avec le frère concerné,
  2. le soutien de deux ou trois témoins,
  3. le recours à la communauté et,
  4. finalement cette attitude curieuse : « considère-le comme un païen et un publicain. »
Voir la suite →

Homélie du 5 septembre 2020

Textes :
   Ez 33, 7-9
   Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9
   Rm 13, 8-10
   Mt 18, 15-20

Le texte de l’Évangile que nous venons d’entendre n’est  pas à prendre comme un apprentissage du pardon et de ses limites ni comme une justification du pouvoir ecclésiastique.

Je ne suis pas sûr que ce soit l’objectif de l’enseignement de Jésus.

Vous savez peut-être que la première lecture, à la messe du dimanche, est toujours proposée comme une explication et un éclairage complémentaire de l’Évangile. Celle d’aujourd’hui  nous invite plutôt à creuser du côté de l’avertissement du pécheur et de la correction fraternelle. Mieux encore, l’ensemble des trois lectures nous conduit à la fine pointe de cette correction fraternelle qu’est l’amour vrai et sans aucune réserve.

Voir la suite →