Homélie du 27 septembre 2020

Mat. 21, 28-32

Jésus aimait parler en paraboles ; les évangiles nous en rapportent un certain nombre que nous connaissons bien. Cette façon de s’exprimer ne doit pas nous étonner, c’était une habitude dans le judaïsme au temps de Jésus. Elle était adaptée à tous les auditoires, même les plus simples. S’ex primant ainsi, Jésus voulait faire découvrir en images les réalités du Royaume de Dieu ainsi que la personne de son Père.

« Lequel des deux a fait la volonté du Père ? » Apparemment, la question est simple, trop simple. Comme dimanche dernier, avec la parabole des ouvriers de la onzième heure, nous sommes dans une vigne: signe de l’alliance de Dieu avec son peuple. Des deux fils sollicités d’y aller, le premier refuse et finit quand même par s’y rendre ; le deuxième s’empresse de dire oui… et n’en fait rien. Jésus pose alors cette question aux chefs des prêtres et aux anciens « Lequel des deux a fait la volonté du Père ? »

Voir la suite →

Homélie du 20 septembre 2020

Textes :
   Is 55, 6-9
   Ps 144 (145), 2-3, 8-9, 17-18
   Ph 1, 20c-24.27a
   Mt 20, 1-16

« Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche », nous disait Isaïe dans la première lecture.

Attention à ne pas nous tromper d’interprétation. On a un peu l’impression en écoutant ces paroles qu’il ne faut pas perdre de temps parce que Dieu risque de s’éloigner d’un moment à l’autre.

Or ce n’est pas ce que dit le Prophète. Si quelqu’un risque de s’éloigner ce n’est pas Dieu mais nous. Le Dieu d’Abraham d’Isaac et de Jacob est le Dieu proche, à l’écoute de son peuple et il nous invite, à temps et à contretemps à revenir à Lui et à être attentifs à sa Parole.

Voir la suite →

Homélie du 13 septembre 2020

Textes :
   Si 27, 30 – 28, 7
   Ps 102 (103), 1-2, 3-4, 9-10, 11-12
   Rm 14, 7-9
   Mt 18, 21-35

Frères et sœurs, ceux d’entre vous qui étaient là la semaine dernière, se rappellent peut-être que Jésus expliquait à ses apôtres le chemin de la correction fraternelle. Cette capacité qui consiste non pas à nous ériger en donneurs de leçons mais à comprendre que seul l’amour vécu dans la vérité, fusse-t-elle difficile à entendre, conduit à une relation constructive.

Jésus proposait des étapes :

  1. la rencontre seul à seul avec le frère concerné,
  2. le soutien de deux ou trois témoins,
  3. le recours à la communauté et,
  4. finalement cette attitude curieuse : « considère-le comme un païen et un publicain. »
Voir la suite →

Homélie du 5 septembre 2020

Textes :
   Ez 33, 7-9
   Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9
   Rm 13, 8-10
   Mt 18, 15-20

Le texte de l’Évangile que nous venons d’entendre n’est  pas à prendre comme un apprentissage du pardon et de ses limites ni comme une justification du pouvoir ecclésiastique.

Je ne suis pas sûr que ce soit l’objectif de l’enseignement de Jésus.

Vous savez peut-être que la première lecture, à la messe du dimanche, est toujours proposée comme une explication et un éclairage complémentaire de l’Évangile. Celle d’aujourd’hui  nous invite plutôt à creuser du côté de l’avertissement du pécheur et de la correction fraternelle. Mieux encore, l’ensemble des trois lectures nous conduit à la fine pointe de cette correction fraternelle qu’est l’amour vrai et sans aucune réserve.

Voir la suite →

Homélie du 30 août 2020

Textes :
   Jr 20, 7-9
   Ps 62 (63), 2, 3-4, 5-6, 8-9
   Rm 12, 1-2
   Mt 16, 21-27

 

« Passe derrière moi Satan tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes »

« Seigneur tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi.»

Ces deux versets entendus ce matin résument à mon avis l’enjeu de notre marche à la suite du Christ… Cette marche consiste à nous laisser “happer”, “saisir” par le Christ tout en gardant la maîtrise de notre destin personnel.

Voir la suite →

Homélie du 16 août 2020

Textes :

   Is 56, 1.6-7
   Ps 66 (67), 2-3, 5, 7-8
   Rm 11, 13-15.29-32
   Mt 15, 21-28

Voilà encore une fois un texte bien surprenant…

Comment Jésus, “doux et humble de cœur” (cf. Mt 11,29) dont on sait qu’il est “venu pour que les hommes aient la vie en abondance” (Jn 10,10) peut-il se comporter d’une manière aussi cassante avec une femme qui vient lui demander son aide ?

D’abord, il ne répond pas !

Voir la suite →

Homélie du 15 août 2020

Textes :

“En ces jours-là, Marie se leva et partit en hâte pour se rendre chez sa cousine Elisabeth.” Quels jours ?… Aussitôt après la visite de l’Ange.

L’évangile de l’Annonciation se termine par : “Alors l’ange la quitta. Et aussitôt Marie se leva et se mit en marche rapidement pour aller chez sa cousine Elisabeth.” La Parole de Dieu, quand nous l’accueillons en vérité, nous met debout et en marche… Jésus qui est désormais présent en elle et qu’elle va donner au monde en lui donnant la vie est déjà celui qui la met debout et qui la fait marcher vers sa cousine qui a besoin d’aide.

Voir la suite →

Homélie du 19 juillet 2020

Textes :

 

Laisser les pousser ensemble !

Dans les paraboles agro-pastorales de Jésus, on constate souvent facilement que Jésus n’était ni agriculteur ni éleveur ! Je ne sais pas ce que les paysans de Tokombéré au Nord-Cameroun peuvent penser en entendant ce texte, eux qui, en cette saison des pluies, passent toute leur journée, une houe à la main, courbés en deux dans leurs champs pour faire la guerre aux mauvaises herbes… Si vous laisser pousser le mil et les mauvaises herbes ensemble, il n’y aura pas match… Ce sont les mauvaises herbes qui l’emporteront ! Le mil sera étouffé et alors ce sera la famine assurée pour l’année prochaine…

Voir la suite →

Homélie du 05 juillet 2020

Textes :
Zacharie 3, 1-4
Ps 144 (145), 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14
Rm 8, 9.11-13
Mt 11, 25-30

 

Frères et Sœurs, avec moi vous l’avez bien entendu de la bouche du prophète Zacharie : le Messie, l’envoyé de Dieu, notre roi… vient pauvre et monté sur un âne !

Quelle leçon pour nous qui sommes si souvent enclins à imposer nos idées ou à suivre celui qui crie le plus fort !

Voir la suite →

Homélie du 7 juin 2020

Textes :

Aujourd’hui c’est la fête… des mères me direz-vous ! Oui bien sûr mais en tant que telle, cette fête n’est pas encore inscrite au calendrier liturgique !

Aujourd’hui c’est la Sainte Trinité que l’Église nous invite à fêter. Heureusement que le mot Trinité est féminin. Sinon on aurait et on a souvent eu dans l’histoire tendance à oublier que dans la Paternité de Dieu il y a une dimension maternelle incontournable, plusieurs fois évoquée dans la Bible qui dit par exemple que Dieu a des entrailles de mère…

Voir la suite →